Remèdes naturels contre les nausées et les vomissements de la chimiothérapie

Publié le : 04 avril 202310 mins de lecture

Parmi les effets secondaires les plus courants induits par les médicaments utilisés pour la chimiothérapie, il y a les nausées et les vomissements qui, associés à d’autres symptômes tels que la perte de cheveux et l’appétit , contribuent à rendre la vie du patient, si possible, encore plus difficile.

Heureusement, il existe plusieurs remèdes naturels sur le marché qui peuvent contrecarrer les symptômes décrits, améliorant ainsi la qualité de vie du patient atteint de cancer.

Efficacité des remèdes naturels contre les effets de la chimiothérapie

Bien que cela puisse paraître étrange, la nutrition peut être très utile pour contrecarrer les effets indésirables de la chimiothérapie , notamment en ce qui concerne les vomissements , mais aussi pour les nausées , car ce sont des symptômes étroitement liés .

Tout d’abord, étant donné que les symptômes surviennent après l’injection, il est conseillé de manger après la thérapie, en évitant de rester à jeun et en préférant les aliments acides, qui augmentent le pH gastrique en abaissant l’acidité, comme le pain ou les craquelins.

En revanche, les aliments suivants sont déconseillés : produits laitiers, boissons acides ou autres aliments pouvant augmenter l’acidité à l’intérieur de l’estomac, favorisant les vomissements.

Les remèdes naturels contre les effets secondaires de la chimiothérapie , bien que non concluants, sont une thérapie qui mérite d’être mise en pratique car elle est peu coûteuse et agit immédiatement, en élevant le « point de vomissement » et en faisant apparaître le symptôme.

Quels sont les remèdes naturels les plus recommandés ?

Par « remèdes naturels », nous entendons des produits en vente libre (qui ne nécessitent pas de prescription médicale), composés de substances trouvées dans la nature et qui, dans des études scientifiques spécifiques, se sont avérés efficaces dans le traitement des nausées et vomissements chimio-induits.

Maintenant, il est important de distinguer le remède naturel du placebo, pour lequel il n’existe aucune preuve scientifique.

Certains patients éprouvent en effet des nausées dites d’anticipation , d’origine psychologique, qui peuvent être achetées avant l’injection et pour lesquelles il n’est pas possible d’intervenir avec un complément alimentaire.

Les molécules naturelles ayant fait l’objet de travaux scientifiques, qui ont confirmé leur efficacité pour réduire les symptômes, sont :

  • la racine de gingembre , une plante très commune qui agit principalement sur les vomissements et, en particulier, sur son mécanisme d’apparition, dans lequel intervient également un neurotransmetteur.

Le gingembre a une action ralentissante sur ce neurotransmetteur, et rend donc plus difficile le passage de l’influx nerveux vers le « centre du vomissement », une partie du cerveau qui stimule ce symptôme. La prise de gingembre est donc utile après le traitement, la seule précaution étant d’informer l’oncologue avant de le prendre, afin d’éviter toute interaction avec la chimiothérapie administrée. La racine de gingembre peut être consommée fraîche ou sous forme d’extrait ;

  • L’AHCC , une molécule qui agit principalement sur le système immunitaire, en augmentant le nombre et l’activité des globules blancs circulant dans l’organisme.

L’AHCC est un alpha-glucane extrait d’un champignon, qui agit indirectement : sur le mécanisme des nausées dont dépendent aussi les vomissements, grâce à une amélioration de l’efficacité du système immunitaire, souvent fortement endommagé par la chimiothérapie; sur la chute de cheveux; aide le système immunitaire à faire face à la chimiothérapie. Quant aux nausées, elles rendent plus difficile le déclenchement du mécanisme à l’origine du symptôme, de sorte qu’il ne se présente pas ou, tout au plus, qu’il se présente sous une forme bénigne. L’effet de l’AHCC sur les vomissements est plutôt une conséquence : l’absence de nausées est une condition qui ne stimule pas le centre du vomissement et, par conséquent, tend à faire disparaître le stimulus. L’AHCC doit être pris en continu et commence à faire effet quelques jours après le début du traitement, car les globules blancs ont besoin de temps pour se multiplier.

Chimiothérapie : Comment se détoxifier avec des remèdes naturels ?

La chimiothérapie est la thérapie anticancéreuse qui agit sur notre corps de manière percutante et agressive. Après un cycle de chimiothérapie, il est difficile de retrouver la forme et de redonner force et bien-être à notre corps. Les médicaments utilisés pour la chimiothérapie, bien qu’essentiels pour guérir la maladie et nous permettre de nous engager sur une voie d’auto-guérison, nous affaiblissent et sollicitent nos organes internes : foie, reins, cœur.

Voici quelques suggestions pour détoxifier notre corps grâce à des remèdes naturels :

  • La « drogue » numéro un pour protéger les organes internes et se désintoxiquer de la chimio est l’eau . Le conseil que je vous donne est simple : buvez au moins 2 litres d’eau pure par jour et peu minéralisée pendant la cure et les jours suivants. L’eau chaude à 37/38 degrés serait idéale, car elle nettoie mieux notre corps. Si vous ne pouvez vraiment pas toujours avoir un thermos avec vous, buvez tout au plus de l’eau à température ambiante, mais jamais froide, car le corps aurait plus de mal à rétablir l’équilibre (homéostasie) de la température interne.
  • Le sel doit également être utilisé avec parcimonie et il doit être supprimé si nécessaire pendant la durée du traitement, surtout si les médicaments pris contiennent de la cortisone (ce qui est fréquent).
  • Il a également été démontré qu’en prenant des suppléments naturels , même pendant la chimiothérapie, il est possible de réduire de 70% les effets secondaires négatifs de la chimiothérapie, en aidant notre corps à supporter la thérapie, en protégeant nos organes, en détoxifiant le corps et en lui redonnant du bien-être. être. La solution réside dans la Nature et plus précisément dans certaines plantes très précieuses, capables de contrecarrer la toxicité des traitements oncologiques sans donner de contre-indications. Les compléments naturels dont on parle sont à base de pissenlit, de chardon-Marie, d’artichaut, de myrtille et de fenouil . On n’en signale que quelques-uns, dont on a étudié les fiches techniques et on connait plusieurs oncologues qui les prescrivent, en tout cas il y en a d’autres aussi, donc on vous invite toujours à demander à votre médecin référent.
  • Tous les médicaments utilisés en chimiothérapie sont des chélateurs de métaux. Il est donc indispensable de restituer les sels minéraux qui représentent le « carburant » du système immunitaire, en les assumant toutefois sous des formes assimilables, comme par exemple par le biais de vitamines et de compléments alimentaires.
  • La vitamine C naturelle est également un excellent moyen de détoxifier le corps de la chimiothérapie, de le préserver de l’attaque des maladies et de renforcer le système immunitaire. En effet, la vitamine C a une action antivirale : elle augmente les défenses de l’organisme grâce à son action stimulante sur les leucocytes.
  • La vitamine D est produite par la peau à partir du soleil. En effet, 15 minutes par jour suffisent à l’organisme pour produire la quantité nécessaire. La vitamine D est capable d’apporter de nombreux bienfaits à l’organisme et de diminuer l’incidence de troubles graves : tumeurs, maladies cardiovasculaires, mais aussi diabète. Il a également une action générale de renforcement au niveau du système immunitaire qui est ainsi capable d’augmenter les défenses organiques.

Les remèdes pharmacologiques traditionnels

Les remèdes naturels peuvent être associés à des thérapies pharmacologiques visant à contenir les nausées et les vomissements. Comme ce sont des médicaments, le médecin les prescrira.

Leur plus grand avantage est représenté par l’effet immédiat dû à leur action directe sur les mécanismes spécifiques à l’origine des symptômes.

Le traitement pharmacologique est certes décisif mais, à long terme, il peut à son tour entraîner l’apparition d’effets secondaires dus à l’accumulation de médicaments dans l’organisme qui peine à s’en débarrasser.

En particulier, le foie serait affecté par des symptômes indésirables, qui à un certain moment ne seraient plus en mesure de détoxifier l’organisme, compte tenu de la charge de travail déjà présente en raison de la chimiothérapie en circulation.

Pour cette raison, ce sont souvent les médecins eux-mêmes qui conseillent au patient de se tourner vers la médecine naturelle pour le traitement des symptômes de la chimiothérapie, se limitant à ne prescrire les médicaments que pour de courtes périodes.

La nutrition et les substances naturelles telles que le gingembre et l’AHCC sont donc les meilleurs remèdes pour réduire les symptômes des thérapies oncologiques sur le long terme, en association avec un mode de vie sain, qui comprend du temps à passer avec des amis, en famille et à cultiver ses passions.

Plan du site